Lucie Králíková

Architecte paysagiste et artiste performeur. Elle a étudié l’architecture du paysage mais en plus de la conception de jardins, elle s’est orientée vers la performance, en se référant principalement aux paysages, aux plantes, aux souvenirs et aux rituels qu’elle fait revivre dans la vie contemporaine. Son travail est basé dans la recherche sur le paysage et sur des plantes, ainsi que dans une réflexion sur les relations et les habitudes, leur conception traditionnelle et leur valeur contemporaine. C’est avec son amour pour les fleurs, la nature et la ville qu’elle a fondé en 2011 avec Klára Zahradníčková la plateforme artistique et écologique Efemér. Depuis 2015, elle travaille seule sous cette marque et se concentre davantage sur son côté artistique. Elle cultive ses propres fleurs, à partir desquelles elle crée des objets d’art ayant la fonction d’un objet esthétique mais aussi d’un artefact culturel qu’elle utilise comme une occasion de découvrir et d’explorer le paysage et la flore locale. Pour ce projet, l’artiste a créé une œuvre conceptuelle participative. Elle a placé dans des boîtes des morceaux de vieux tissus ainsi qu’un message par lequel elle demande que les tissus lui soient renvoyés pour qu’elle puisse ensuite coudre les différents morceaux et en faire un habit. Cette tunique portera en elle un contenu et un message unique.

Landscape architect and performance artist. She majored in landscape architecture but moved beyond the field to performance art, primarily referencing landscape, plants, memories and rituals, and revitalising and returning them to people today. An in-‑depth study of the landscape and plants, plus reflections on the relations and customs among traditional conceptions and their current value, guide her work. Given her deep love for flowers, nature and the city, she cofounded the art-‑ecological platform Efemér in 2011. Since 2015 she has been working under this brand, focusing ever more on its creative part. She grows her own flowers and uses them to create art objects with aesthetic and cultural import, allowing discovery and exploration of landscape and local flora. Her original book Svátosti [Sacraments] (2020) featured her own learning from the new ritualisation.The artist created for the project a conceptual piece that is based on the participation of the audience themselves. In the boxes, she placed old pieces of material and messages that invited people to return the fragments so that she could then sew them into a gown. This will then be imbued with a unique meaning and message.